Le sanctuaire gallo-romain de « La Taille Marie » à Aiseau-Presles et son environnement antique

La région d’Aiseau-Presles, située à faible distance de la Sambre, a été densément occupée par les hommes, à la Préhistoire, ainsi qu’aux époques gauloise (âge du fer) et gallo-romaine. C’est principalement l’exploitation intense et la fonte du minerai de fer, provenant des riches gisements de nos contrées, qui ont permis à ces deux derniers peuples de laisser de nombreuses traces de leur présence, dans la région.
Occupées depuis la Préhistoire jusqu’au Moyen-Age, les grottes « refuge » de Presles, situées à environ 500 m à l’est du sanctuaire, fouillées, à de nombreuses reprises, depuis le XIXe siècle, ont livré de nombreux et riches témoignages en matériels divers, qu’il s’agisse de céramiques, d’armes, de bijoux ou d’ossements, dignes témoignages de l’occupation des grottes à différentes époques antiques.

Plan d'ensemble des fouilles du site gallo-romain de "La Taille Marie" à Aiseau-Presles

Plan cadastral géoréférencé d’Aiseau-Presles avec l’emplacement du sanctuaire (1) et des fouilles de « La Taille Marie » (en grisé), de la villa d’Aiseau (2), du tumulus (3) et de la nécropole de la « Maison Lemince » (4) (relevés, réalisation et dao : N. Paridaens, © CReA-Patrimoine-ULB)

Fouilles sanctuaire gallo-romain Aiseau-Presles

Sanctuaire de « La Taille Marie » à Aiseau-Presles. Plan général des structures et localisation des secteurs fouillés en 2011 (a) et 2012 (B et C)
(relevés : N. Venant, L. Cattelain & N. Paridaens ; dao : N. Bloch © CReA-Patrimoine-ULB)

Le sanctuaire de « La Taille Marie » a été implanté sur le versant septentrional d’une petite éminence dominant le vallon de la Biesme et son confluent avec la Sambre. Cette éminence naturelle, en rupture de pente, a été mise à profit pour y installer le temple, utilisant ainsi ce talus, comme podium.

Aux deuxième et troisième siècles, il dominait d’une part, la grande villa gallo-romaine d’Aiseau, fouillée au XIXe siècle, par la Société Archéologique de Charleroi, situé à 250 m au nord-est, et d’autre part, un tumulus, ainsi qu’une nécropole gallo-romaine, situés au nord-ouest, à la même distance.
Ces deux derniers sites ont également été explorés, fin XIXe siècle par la même société archéologique.
Un diverticulum industriel, venant de Nismes et aboutissant à la chaussée romaine Utrecht-Trêves, à Wavre, longeait ces différentes occupations, permettant ainsi un écoulement facile des lingots de fer, produits par les bas-fourneaux implantés partout dans la région, et leur commercialisation.

Le sanctuaire gallo-romain de « La Taille Marie » à Aiseau-Presles

Historique :

Déjà signalé, mais non exploré, par Joseph Kaisin, lors des fouilles de la villa, ce site est resté dans l’oubli, jusqu’à ce qu’il soit redécouvert en 1980, lors de prospections pédestres, par l’Office de Recherches Archéologiques de Mettet (ORA), sous la conduite de son Directeur, Jean Gabriel.
Avec l’accord du propriétaire du terrain, Monsieur le Comte Eugène d’Oultremont, différents sondages sont alors menés en 1983 et 1987 et aboutissent à la découverte de deux fosses importantes, contenant un très riche matériel céramique, ainsi que de nombreux objets en fer et en bronze, de la fin de l’âge du fer et de l’époque gallo-romaine.
Suite au décès de J. Gabriel, en 1996, les archives de fouilles et le matériel sont acquis par le Musée Archéologique de Namur, à l’initiative de J. Plumier, de la Direction de l’Archéologie de la Région Wallonne.
Le site reste dans la confidentialité jusqu’en 2009, lorsque l’idée d’une fouille complète du site est relancée auprès de la Direction de l’Archéologie, laquelle relaiera l’information auprès de l’ULB, CRéA Patrimoine, qui confiera la fouille et l’étude, à un de ses chercheurs, Nicolas Paridaens, spécialiste des lieux de culte, gallo-romains.
Un programme pluriannuel a débuté en 2011 et s’est poursuivi en 2012, 2013, 2014.

Sanctuaire gallo-romain de La Taille Marie: Campagne de fouilles 2013

L’équipe de l’ULB à l’oeuvre sur le site du sanctuaire gallo-romain de La Taille Marie à Aiseau lors de la campagne de fouilles de l’été 2013

LE SITE SACRE :
Le sanctuaire de la seconde moitié du Ier s. avant J.C et du Ier s. après J.C.

Si les structures sont difficiles à identifier, vu leur niveau d’arasement causé par les occupations postérieures, par contre, les niveaux les plus anciens ont permis la découverte de plusieurs milliers de tessons de céramique, des dizaines de vases miniatures, complets, des fibules (broche/bijou de vêtement), des monnaies, des restes fauniques ainsi que de nombreux objets en fer, notamment des socs d’araires miniatures en fer, illustrant une pratique religieuse inédite dans le Nord de la Gaule.
Les négatifs de deux trous de poteaux pourraient témoigner de cette première structure religieuse.

Le temple gallo-romain.

Fin du Ier siècle, un temple gallo-romain, en dur, à cella carrée et galerie périphérique est construit juste en bordure du talus. Grâce à la seconde campagne de fouilles, on peut maintenant restituer le plan complet de l’édifice et ce, malgré la récupération systématique des matériaux de construction des murs et leurs fondations, à une haute époque.
La cella, là où se trouvaient les représentations de la ou des divinités, mesurait 6,75 m sur 6,55 m et la galerie de circulation, qui l’entourait, 12,75 m sur 12,30 m.
Sur base du terminus post quem fourni par le matériel datable, issu des différents niveaux, le lieu de culte semble avoir été abandonné au IVe siècle, comme en témoignent les nombreuses monnaies retrouvées et qui illustrent probablement la dernière phase de sa fréquentation.
Plusieurs fosses liées aux activités rituelles et contenant du matériel intact ont été dégagées au cours de ces deux campagnes. Il pourrait s’agir des restes de repas avec les dieux, au cours de cérémonies religieuses ou d’offrandes, en partie alimentaires et/ou végétales et liquides.

Vases à boire ou bouteilles de petite taille datés du 1 s. BC ou du 1 s. AD, trouvés sur le site du sanctuaire gallo-romain de La Taille Marie à Aiseau © CReA-Patrimoine/ULB

Vases à boire ou bouteilles de petite taille datés du 1 s. BC ou du 1 s. AD, trouvés sur le site du sanctuaire gallo-romain de La Taille Marie à Aiseau
© CReA-Patrimoine/ULB

Victoire en alliage cuivre

Statuette en alliage de cuivre représentant une victoire, trouvée sur le site du sanctuaire gallo-romain de La Taille Marie à Aiseau lors de la campagne de fouilles de 2013

La seconde campagne de fouilles a également permis la découverte d’un matériel, exceptionnel, qu’il s’agisse de la typologie de la céramique, des bijoux en bronze, des monnaies, des autres objets en alliage cuivreux et en plomb, et des objets en fer.

Conclusions :

Il semble donc probable que nous soyons en présence d’un sanctuaire rural, privé, lié à un domaine agricole. Si les socs d’araire, miniatures, en fer, peuvent vraisemblablement être associés à une divinité agraire et être assimilés à des offrandes, par contre, les bouteilles miniatures et petits vases, en terra nigra, semblent témoigner de pratiques religieuses effectuées en plein air, probablement sous la forme de rassemblements ou de banquets.
Les prochaines campagnes de fouilles porteront sur les alentours du temple afin d’y découvrir d’éventuelles structures annexes (enceinte, autels, magasins, structures d’accueil, etc..).

Synthèse réalisée par Claude Jacques, archéologue-fouilleur, tirée, en majeure partie, de la bibliographie: SIGNA 2011 / SIGNA 2012 (Auteur : Nicolas PARIDAENS) : « Le sanctuaire gallo-romain de « La Taille Marie » à Aiseau-Presles ». ( Revue éditée par le Comité pour la diffusion de la recherche en archéologie gallo-romaine). Juin 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *